Une histoire de maillots

Les maillots ne représentent-ils pas l’évolution du football ? Un simple bout de tissu reflète les changements de ce sport, mais aussi et par extension, ceux de la société. Revêtir un maillot n’est pas un geste anodin. Il incarne à la fois un courant de mode, représente des valeurs, soulève un trait de notre personnalité. … Continuer la lecture de « Une histoire de maillots »

Par Florian Gautier Publié le dimanche 31 mars 2013

Lire la suite

Mêlée

Les maillots ne représentent-ils pas l’évolution du football ? Un simple bout de tissu reflète les changements de ce sport, mais aussi et par extension, ceux de la société. Revêtir un maillot n’est pas un geste anodin. Il incarne à la fois un courant de mode, représente des valeurs, soulève un trait de notre personnalité. Pourquoi sommes-nous tant attachés aux maillots de football ? Tentative de réponse, avec Bernard Lions, journaliste à L’Équipe et auteur de 1000 Maillots de Foot.

Une histoire de maillots

C’est une histoire de maillots. Les équipementiers les fabriquent, les joueurs les portent, les passionnés les collectionnent. Il est désormais possible de tout connaître sur ce fabuleux morceau de tissu et d’une autre façon qu’en le portant sur ses épaules. Bernard Lions a eu l’idée d’en parler à travers un livre. Comment lui est venue cette idée et de quoi est composé ce livre ? “La vie offre parfois des rencontres étonnantes et formidables. J’ai rencontré deux éditeurs, Nicolas Marcais et Steve Marchand qui ont une société d’édition, Olo Éditions, et qui avaient une idée depuis plusieurs années de faire un bouquin autour des maillots de foot. Il y’en a un qui avait le livre dans la tête et l’autre qui savait comment le vendre. Il leur manquait un contenu éditorial. Par un hasard on s’est rencontrés et ils m’ont exposé le projet : ils m’ont laissé une semaine et je leur ai proposé un projet tout simple. Un : raconter l’histoire du maillot (Pourquoi le Brésil joue en jaune, alors qu’historiquement il joue en blanc ?) ; deux : raconter une histoire sur le maillot (comment l’Argentine, pour atténuer la guerre d’égo en sélection, avait décidé d’attribuer les numéros par ordre alphabétique ?). L’originalité de ce bouquin, c’est qu’on a dessiné des reproductions identiques de maillots. On a retenu 170 maillots qui sont dispatchés dans 34 équipes.”

Un projet ambitieux somme toute, mais ô combien passionnant. Les livres sur les footballeurs, clubs ou entraîneurs pullulent. Rares sont ceux sur le tissu. Bernard Lions propose un contenu simple et interactif, comme il aime à le dire. « Ce sont des petits textes courts, vivants, qui racontent le football à travers le prisme des maillots. On a essayé d’aborder tous les aspects du football autour du maillot : on parle de la symbolique animalière, de racisme, de l’évolution technologique…Il y a un côté pédagogique, c’est peut-être un peu prétentieux, mais on raconte, par exemple, comment Battiston a retrouvé son maillot de Séville, 28 ans après. C’est la restitution de 18 ans d’anecdotes que j’ai récupérées, qu’on m’a confié au fil de ma carrière. On a essayé de faire un patchwork sans prétention, ludique et sympa. Tu peux picorer dedans. »

La société change, les maillots aussi

Le maillot a une véritable valeur, qu’elle soit symbolique ou financière. Si l’on prend l’exemple du maillot tricolore français, comment se fait-il qu’il soit passé d’une marinière à un style vintage, en moins de deux ans ? La société et les modes vestimentaires et artistiques ont-ils une réelle influence sur son style ? Et si l’on pousse davantage notre raisonnement, est-ce que l’évolution du football a une corrélation avec celle du maillot ? “Oui, parce que tu t’aperçois qu’il y a une évolution assez parallèle entre les maillots et notre football. À la base, ce n’est qu’un bout de tissu. Le football était plus un sport de loisir pour une classe aisée de la population : au fil du temps, le foot a pris de l’importance et s’est démocratisé. Et à la même vitesse, les maillots se sont développés car ils ont suivi une évolution en parallèle. Ce n’était qu’un équipement basique du sport, pendant très longtemps. Et puis après, c’est devenu un élément prépondérant comme le sont les chaussures de football.” Le maillot c’est l’histoire du football.

Certes, il permet de distinguer ses coéquipiers sur le terrain, certes, il est plus confortable qu’un vulgaire t-shirt pour jouer au football, certes, il évacue la transpiration. Mais sa fonction ne se résume pas qu’à cela. Bernard Lions l’explique : « Le maillot est un marqueur de son temps, d’une époque. C’est aussi le symbole d’une identité. Cela dépasse largement le cadre d’un club de football, ça peut aller jusqu’à une ville, une région…Pour remonter au maillot des Corinthians de Socrates, les joueurs portaient un maillot avec floqué « democracia » derrière, au moment de la dictature brésilienne. Aujourd’hui, porter tel ou tel maillot, ce n’est pas anodin. Que tu sois madrilène ou catalan, tu véhicules des idées qui ne sont pas les mêmes. Aujourd’hui, porter le maillot du PSG, c’est porter une part du rêve qu’essayent d’apporter les nouveaux dirigeants du club. Tu t’aperçois que chaque maillot a une histoire à raconter et est porteur d’un héritage et d’une valeur. C’est pour ça qu’ils fascinent autant. »

Une part de rêve qui a un prix. Les équipementiers ont rapidement saisi cet enjeu. Le maillot est une source de revenu non négligeable. “Les équipementiers ont compris que c’était un enjeu extraordinaire. À tel point qu’on en arrive à acheter des joueurs pour leur plus grande capacité à vendre des maillots plutôt que leur valeur footballistique à proprement parler. C’est le cas de David Beckham au PSG. Tu t’aperçois même que la professionnalisation et la modernisation du football ont accompagné les maillots puisqu’ils sont de plus en plus, esthétiquement parlant, au point, et de plus en plus chers. Vendre un maillot pour un équipementier, c’est un véritable enjeu.”

Libre à vous de choisir l’attrait qui vous fascine dans le maillot. Désormais vous ne le regarderez plus de la même façon. En somme, le maillot véhicule des valeurs, représente une ville voire un pays et permet de se démarquer. Une histoire de maillots, en fait.

Un livre que vous pouvez retrouver à partir de 19,90 euros. 

Par Florian Gautier Publié le dimanche 31 mars 2013